Canina - Le monde du chien de travail
Web www.canina.be
    En ligne : 20 visiteur(s) - 0 membre(s) :  
 





Inscrivez-vous
Actualité
Agenda
Galerie
Archives

Field Trial
Working test
Inscription
Résultats WT-FT
Pedigree
Documents
Juges


Les races
Epreuves canines
Conseils
Général
Lu pour vous
Chasse Infos






Contact
Foire aux questions
Glossaire
Votre avis
Les membres

 

  Nos dossiers
  Nos infos


Accueil/les brèves/L'oiseaux et la propagation de la maladie de Lyme
L'oiseaux et la propagation de la maladie de Lyme
Ajouté le 21/01/2010 - Auteur : admin
Décembre 2009.
Les oiseaux joueraient un rôle important dans la propagation de la maladie de Lyme.
La maladie de Lyme (ou Borreliose de Lyme) est une infection bactérienne répandue mondialement et transmise à l’homme par piqûre de tiques.
Cette maladie se répand notamment en Amérique du Nord.
Selon une étude récente menée par la Yale School of Public Health publiée sur le site web du journal "Frontiers in Ecology and the Environment", les oiseaux joueraient un rôle significatif dans le transport de la bactérie sur de longues distances.
Les chercheurs ont analysé des données publiées et ont conclu qu'au moins 70 espèces d'oiseaux d'Amérique du Nord seraient susceptibles d'être infectées par la Tique à pattes noires (Ixodes scapularis), le vecteur principal de la bactérie de la maladie de Lyme (Borrelia burgdorferi). Des éléments suggèreraient aussi que ces oiseaux disperseraient des tiques infectées dans des secteurs auparavant indemnes de la maladie, comme le Canada. La bactérie de la maladie de Lyme est ordinairement associée aux petits mammifères comme les souris et les écureuils.
Les tiques immatures (dans les états larvaire et de nymphe) sont contaminées par la bactérie quand ils se nourrissent du sang de ces mammifères. Lorsqu'elle a pompé suffisamment de sang, une tique peut transmettre la bactérie à ses autres hôtes, y compris les humains. Le Cerf de Virginie (Odocoileus virginianus), tout en jouant un rôle important dans le maintien et l'expansion des populations de tiques, constitue "un cul-de-sac biologique" pour la bactérie car il est immunisé.
Les biologistes ont découvert que les oiseaux ne sont pas immunisés, que de nombreuses espèces peuvent être contaminées et qu'ils sont capables de transmettre l'élément pathogène aux tiques. Il reste à savoir si la souche de B. burgdorferi qui peut infecter les oiseaux peut aussi causer la maladie chez les humains. Si c'est le cas, le rôle des oiseaux dans l'épidémiologie de la maladie de Lyme serait primordial.
Pour Robert Brinkerhoff, post-doctorant dans le laboratoire de Maria A. Diuk-Wasser dans la Yale School of Public Health et l'auteur principal de l'étude, "le rôle des oiseaux est souvent négligé dans la maladie de Lyme, mais ils peuvent jouer un rôle-clé dans son expansion rapide".
Les chercheurs ont trouvé que la Tique à pattes noires parasitait surtout les grives, le Moqueur roux (Toxostoma rufum). les troglodytes et les parulines. Les auteurs estiment qu'il suffit de trois oiseaux pour infecter une tique.
La maladie de Lyme peut provoquer chez l'homme de sévères problèmes de santé, y compris l'arthrite, des anomalies du système nerveux et du rythme cardiaque. Le nombre d'infections humaines rapportée a doublé entre 1992 et 2006 aux Etats-Unis.
Dans une étude dirigée par Bjorn Olsen et publiée le 17 février 2000 dans la revue Nature, on avait déjà trouvé que certains oiseaux pouvaient être des porteurs sains de la maladie de Lyme, celle-ci ne se déclenchant que suite au stress déclenché par la migration.
Pour vérifier si l'infection se "cachait" chez des oiseaux, les chercheurs avaient collecté des Grives mauvis (Turdus illiacus) dans le nord de la Suède. Ils avaient gardé neuf grives dans l'obscurité pendant 12 heures puis les avaient exposé à la lumière pendant 12 heures. Dix autres oiseaux avaient subi des conditions reproduisant le luminosité déclinante de l'automne. Au cours du cinquantième jour, cet automne artificiel avait déclenché une agitation pré-migratoire.
Au début du projet, les chercheurs avaient injecté une souche européenne (Borrelia garinii) à six oiseaux soumis à des journées de durée constante et à huit autres soumis à des longueurs de jour changeante. Aucune bactérie n'avait été trouvée dans les cultures d'échantillons de peau et de sang des oiseaux soumis à des journées de durée constante. Mais des bactéries avaient été trouvées chez cinq des huit oiseaux infectés et soumis à des journées de durée déclinante.
Andrew Spielman, de l'Harvard School of Public Health, précisait bien qu'aucune tique n'était présente sur les oiseaux. Thomas N. Mather, de la Rhode Island University, expliquait que cette étude soulevait un point important: des hormones synthétisées pendant la migration pourraient activer la maladie de Lyme. Il avait lui-même découvert que des Moqueurs chats (Dumetella carolinensis) exposés à la maladie n'infectaient pas les tiques, mais qu'il faudrait de refaire cette expérience avec des oiseaux stressés.
Sources:

- Physorg.com (2009). Birds Play an Important Role in the Spread of Lyme Disease. Date de mise à jour: 23/12. http://www.physorg.com/news180792631.html
- The Free Librairy (2000). Migration may reawaken Lyme disease. Date de mise à jour: 17 février. http://www.thefreelibrary.com/Migration+may+reawaken+Lyme+disease.-a060115119
 


Juillet 2017
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
<< >>


LA UNE DU JOUR
Les chiens ont vraiment des âmes de 'consolateurs [22/06/2012]
National Geographic : un hors-série exceptionnel s [22/06/2012]
L'oiseaux et la propagation de la maladie de Lyme [21/01/2010]
7 pc des chiens ne sont pas enregistrés [04/05/2009]
La ceinture de sécurité aussi pour vos chiens [13/09/2008]
RECHERCHE
Recherchez un article dans nos archives,

le thème.

LES DERNIERS SITES

Elevage du Bosquet Mignon
Mons Drago Canis
Blog sur les chiens
Elevage du Domaine du Vevî
Quinta Des Romarins


LETTRE D'INFORMATION
Recevez par Email les titres de Canina.be

SONDAGE
Impossible de se connecter à la base de données