Canina - Le monde du chien de travail
Web www.canina.be
    En ligne : 19 visiteur(s) - 0 membre(s) :  
 





Inscrivez-vous
Actualité
Agenda
Galerie
Archives

Field Trial
Working test
Inscription
Résultats WT-FT
Pedigree
Documents
Juges


Les races
Epreuves canines
Conseils
Général
Lu pour vous
Chasse Infos






Contact
Foire aux questions
Glossaire
Votre avis
Les membres

 

  Nos dossiers
  Nos infos


Accueil/Les Dossiers/Santé
Comprendre le comportement de votre chien 22/06/2012 - Lu 65286 fois
Les chiens ont beau être nos meilleurs amis, ils n'en sont pas moins très différents de nous. Cette section explique leurs différences, et vous aide à vous situer par rapport à votre chien, selon ses critères à lui.


Depuis plus de 12'000 ans, les chiens vivent en étroite relation avec les hommes. Il est même probable que leurs relations ont commencé quelque 80'000 ans plus tôt, avec les premières tentatives de l'homme d'apprivoiser l'ancêtre commun de tous les chiens: le loup.

Bien que le chien ait toujours dû gagner sa nourriture en chassant et en rapportant le gibier, en montant la garde ou en se débrouillant autrement, il ne fait aucun doute que, même à cette époque reculée, ses relations avec les hommes impliquaient des sentiments d'affection, de confiance et de compréhension réciproques.

Pour vous aider à mieux comprendre votre chien, vous trouverez ci-dessous quelques informations et explications détaillées sur la manière dont votre chien se comporte et se situe dans son environnement.


Les sens du chien

Dans la nature, les chiens survivent en chassant et leurs sens se sont développés de façon à les aider dans cette tache le plus efficacement possible. L'ouïe, la vue, le toucher, le goût et l'odorat sont tous très importants, mais, pour le chien d'aujourd'hui, le degré de développement de chacun de ces sens s'est modifié suite à de longues années de sélection par l'élevage. Par exemple, tous les chiens de meute, tels que les rapides lévriers, comme les afghans ou les sloughis, chassent à vue et leur intérêt diminue s'ils ne peuvent pas voir leur proie. D'un autre côté, les limiers, les bassets ou les beagles ne chassent qu'au flair, pouvant suivre une piste jusqu'au bout pendant des heures, même si elle est vieille d'une semaine.

En effet, tous les chiens ont un sens de l'odorat très développé: leur nez étant presque aussi sensible que nos yeux, lorsqu'il s'agit de distinguer deux individus semblables. Leur odorat n'est pas uniquement important pour la recherche de la nourriture. Il est également l'un des plus efficaces moyens dont ils disposent pour communiquer.

Bien qu'ils puissent très bien voir à distance - ce qui est utile pour la chasse - la plupart des chiens sont incapables de définir l'image d'un objet qui se trouverait à moins de 25 cm environ de leurs yeux. Ils peuvent distinguer les couleurs - bien qu'ils les perçoivent avec des nuances différentes - et sont capables de voir plus clair que les hommes dans la nuit.

Toutefois, si leur capacité à voir les détails est limitée, les chiens sont très sensibles au mouvement: un objet immobile peut ne pas être détecté à distance, mais un chien sera toujours capable de le détecter s'il se met à bouger. L'ouïe des chiens est aussi très développée. Ils peuvent entendre des sons dans une gamme très large de fréquences et à des distances plus grandes que l'homme. Nous exploitons cette aptitude des chiens en utilisant comme supports de dressage des sifflets à ultrasons. Les chiens trouvent désagréables et même très pénibles ces sons très aigus, tels les bruits émis par l'aspirateur ou par d'autres appareils électroménagers. Leur ouïe est plus puissante dans les races qui ont des oreilles dressées, celles-ci agissant comme des amplificateurs, ainsi que dans les races qui peuvent orienter leurs oreilles en direction du son à détecter.

Avec l'odorat, le goût joue un rôle important pour identifier les aliments particuliers qu'un chien préfère manger. La plupart des chiens aiment une large gamme de saveurs et beaucoup d'entre eux sont connus pour être gourmands de sucreries.

Comme les autres mammifères, les chiens sont sensibles à la température et à la douleur et répondront avec plaisir à une caresse amicale. Leur sensibilité varie selon les individus, mais la plupart aiment être caressés autour de la tête, sur le poitrail ou sur le dos. Toutefois, beaucoup prennent une attitude de défense lorsqu'on leur touche la queue, la croupe ou les pattes.


Le flair

Les odeurs flottant dans l'air ou présentes dans le sol sont susceptibles d'apporter à un chien une profusion d'informations sur tout ce qui se passe autour. Elles peuvent être donc considérés comme l'équivalent pour les chiens de notre quotidien local. Grâce à leur flair, les chiens peuvent communiquer de deux façons: tout d'abord, ils peuvent laisser des traces dans leur environnement par le biais de leurs crottes, de leur urine ou de leurs sécrétions glandulaires, afin que d'autres chiens les découvrent, et, en deuxième lieu, l'odeur de leur corps communique des informations sur leur état.

Pour les chiens, l'action d'uriner ne sert pas seulement à vider la vessie. La plupart des propriétaires d'un chien mâle sont parfaitement conscients du désir qu'il a de lever fréquemment la patte pour déposer une petite quantité d'urine à plusieurs endroits. Il s'agit là d'un moyen pour marquer son territoire et pour signaler sa présence. En soulevant la patte pour uriner, il laisse tomber son odeur à hauteur de nez. Les femelles aussi lèvent une patte de derrière lorsqu'elles urinent et certaines réalisent même l'exploit acrobatique de s'appuyer sur les pattes avant en soulevant en même temps les deux pattes arrière afin d'uriner contre un objet vertical! Aussi bien les mâles que les femelles analysent les traces parfumées et laissées par d'autres chiens en y ajoutant éventuellement leurs marques avec un peu d'urine: une femelle dominante peut même passer après une autre femelle qui urine, afin de déposer sa trace au même endroit. Bien que la délimitation d'un territoire soit moins importante pour un chien domestique que pour un chien qui vit dans la nature, il est probable que le fait de marquer un territoire lui permet de se sentir bien à l'aise en marquant les lieux de sa propre odeur.

L'urine d'une chienne transmet aussi des informations sur son cycle menstruel et sa réceptivité sexuelle. Les mâles, notamment, peuvent détecter ces informations et parcourir dès lors de longues distances afin de repérer une chienne en chaleur.

Les odeurs générales du corps sont elles aussi un moyen important de communication entre chiens. Ces odeurs sont produites par les sécrétions des glandes du corps, situées, notamment, autour du museau, dans la région anale et dans la queue. Lorsque des chiens qui ne se connaissent pas se rencontrent, ils commencent par se renifler l'un l'autre, notamment au niveau de la tête et de la région anale, le chien le plus soumis pouvant alors mettre sa queue entre les jambes afin d'éviter qu'on le renifle davantage.


Le langage corporel

L'une des raisons pour lesquelles les chiens sont des animaux de compagnie si agréables est leur façon particulière de communiquer avec les hommes. Nos chiens nous voient comme une extension de leur propre famille canine et savent interpréter très rapidement notre humeur et nos intentions. La compréhension des techniques que les chiens utilisent pour communiquer entre eux, permet à un maître attentif de déchiffrer correctement le message que son chien essaie de lui transmettre.

Les chiens peuvent communiquer entre eux à l'aide d'une série de signes comprenant une variété d'expressions faciales, de positions du corps, de bruitages et d'odeurs. Pour exprimer ses émotions, votre chien utilise sa bouche, ses yeux, ses oreilles et même sa queue. En interprétant la combinaison de ces signes corporels, vous pouvez arriver à découvrir qui est le chien dominant lors de toute confrontation et dans n'importe quelle situation.

Un chien plus dominant essaiera de faire passer l'impression qu'il est encore plus gros, encore plus puissant. Il se tiendra tout droit debout, oreilles et queue dressés, poitrail en avant et poils hérissés autour du coup et sur le dos, prêt à la bagarre. Il peut aussi bouger sa queue d'un mouvement lent et en grognant.

D'un autre côté, un chien soumis va essayer de se faire plus petit et de paraître presque un chiot: les chiens adultes châtient les petits, mais ne les attaquent jamais.

Quand il s'approche d'un individu dominant, il est probable qu'il va s'y prendre de côté, se tapissant très bas, la queue bien baissée, et frétillant d'un air enthousiaste. Il peut aussi essayer de lécher les pattes avant et le museau du chien dominant et, si cela n'est pas apprécié à sa juste valeur, il peut même se rouler sur son dos pour exposer ses attributs. Dans cette position, certains chiens vont involontairement expulser un petit jet d'urine.

Un comportement caractéristique des chiens que presque tout le monde connaît est leur habitude de remuer la queue. La plupart des gens savent bien que le fait de remuer librement et joyeusement la queue est un signe de plaisir et d'amitié. Chez les chiens soumis, ce comportement peut prendre la forme d'un mouvement qui s'étend même à l'ensemble de la croupe: cette façon de faire étant aussi typique des chiens ayant une queue très courte.

Toutefois, la queue est également le signe d'autres émotions. Lorsqu'un chien bouge sa queue lentement et avec froideur, en la gardant en ligne avec son dos, il faut voir là un signe de colère. Immobilisée entre les jambes, elle est un signe que le chien a peur. Les chiens anxieux ou nerveux peuvent remuer leur queue avec raideur et en la gardant très bas en signe d'apaisement.
Chez les chiens, le port naturel de la queue a été modifié par les méthodes d'élevage et la pratique de la caudectomie (coupe de queue). En Suisse, cette pratique est interdite. Certaines races, telles que les whippets et les lévriers italiens, gardent naturellement la queue en position baissée, mais, en général, l'inclinaison de la queue dépasse 45 degrés par rapport à l'épine dorsale: ce qui est un signe d'intérêt et de vivacité.

Les expressions faciales de votre chien vous en diront beaucoup sur son humeur: s'il est anxieux ou excité, apeuré ou enjoué, ou n'importe quelle autre émotion du vaste répertoire qu'il sait jouer.

Lorsqu'il est sur le qui-vive ou qu'il écoute attentivement, ses oreilles se dressent, mais elles restent en arrière ou s'aplatissent sur la tête lorsqu'il veut exprimer du plaisir, de la soumission ou de la peur. Pour interpréter correctement son humeur, vous devez observer en même temps d'autres signaux de son corps.

Les yeux peuvent être fermés ou à moitié fermés pour montrer du plaisir ou de la soumission, mais ils sont toujours grand ouverts si le chien est agressif.

Dans la nature, le chef de meute peut garder le contrôle tout simplement en regardant fixement un chien subordonné. Les deux animaux continueront de se regarder fixement l'un l'autre jusqu'à ce que l'un défie l'autre ou qu'il baisse sa tête et s'en aille. Si ce regard se poursuit après que le chien en soumission ait regardé ailleurs, celui-ci va se sentir perdu et peut alors mordre poussé par la peur. Si le contact oculaire n'est pas rompu, le chien dominant renforcera sa menace en montrant les dents, en grognant, voire en attaquant.

Si votre chien manifeste des sentiments agressifs ou nerveux à votre égard ou à l'égard d'un autre chien, n'essayez pas de l'en dissuader: cela pourrait déclencher une attaque. Néanmoins, un regard rapide jeté de temps en temps à son maître peut le rassurer et consolider vos relations.

Les chiens soumis, ainsi que certains chiens de race tels que les labradors, peuvent vous donner l'impression qu'ils 'sourient - lorsqu'ils ouvrent la bouche et montrent leurs dents, les lèvres à peine tordues dans une grimace d'amitié. Par contre, lorsqu'on montre les dents dans une attitude agressive, les deux lèvres sont grand ouvertes afin d'exposer la plupart des dents et cette expression peut être accompagnée de grognements.

Un chien vous indiquera son désir de jouer en soulevant une patte avant ou en vous faisant un signe joyeux, accompagné souvent par deux ou trois aboiements afin d'attirer votre attention. Dans d'autre cas, il vous présentera un jouet ou se lancera sur un autre chien afin de l'inviter à jouer.


La vocalisation

Dès leur naissance ou presque, les chiots commencent à émettre toute une série de petits cris qui vont permettre à leur mère de savoir s'ils ont faim, s'ils sont contents ou s'ils ont de la peine. Vous entendrez leur premier aboiement à peu près trois à six semaines après leur naissance. Pour votre chien, les aboiements sont un moyen pour vous communiquer une série de sentiments divers: un son différent pouvant être employé dans les différentes situations. Il peut aboyer pour donner l'alarme, afin de vous mettre en garde contre des intrus ou pour défendre son territoire, mais également pour manifester sa joie lorsque l'on joue ou pour attirer l'attention générale. Il se sert des grognements pour transmettre un message d'avertissement ou une menace, mais aussi pour se défendre. Ne défiez jamais un chien qui grogne et interdisez aux enfants de s'en approcher, car cela pourrait déclencher une attaque. Les chiens peuvent également grogner lorsqu'ils jouent avec d'autres chiens, mais, dans ce cas, leur langage corporel indique clairement qu'ils n'ont pas d'intentions agressives. Certains chiens peuvent émettre de faibles murmures de "conversation" lorsque leurs maîtres les câlinent, mais, encore une fois, leur corps est relaxé et ne montre aucun signe de préparation à une attaque.

Un hurlement est un appel à longue distance qui porte bien plus loin qu'un aboiement. Habituellement, un chien qui hurle est tout seul et, ce faisant, il cherche, sans doute, un contact social quel qu'il soit. Les petits cris plaintifs et les gémissements sont utilisés en tant que signes de soumission, de salutation ou de douleur, alors que les glapissements sont un signe de peine ou de défaite et que les jappements aigus sont un signe d'excitation, comme c'est le cas des frissons que peuvent éprouver les chiens qui se préparent à une chasse à courre.


Le comportement alimentaire

De par leur nature, les chiens sont des chasseurs carnivores bien qu'ils montrent une flexibilité considérable dans leur régime alimentaire. Dans la nature, ils peuvent même manger des végétaux tels que l'herbe ou les baies. Bien que les moyens par lesquels les chiens domestiques se procurent leur nourriture soient tout autres que ceux qu'utilisaient leurs ancêtres sauvages, les mécanismes sous-jacents au comportement qui détermine leur choix des différents aliments sont essentiellement les mêmes, bien que quelque peu modifiés sous l'effet du processus de domestication.

Bien que certains chiens donnent l'impression de ne faire aucune différence entre les différents aliments, d'autres chiens, notamment les individus des races les plus petites et les plus grandes, peuvent être très tatillons avec leur nourriture. Les chiens préfèrent un repas à base de viande plutôt qu'à base de céréales, bien qu'ils sachent également faire la différence entre viande et viande. Ils savent apprécier une large gamme de saveurs et sont souvent gourmands de sucreries, ainsi que d'aliments au goût piquant ou salé. L'odeur des aliments est également importante, ayant un impact considérable sur leur envie de manger.

La plupart des chiens se satisfont de manger la même nourriture pratiquement tous les jours. Ce qui est parfaitement raisonnable à condition que leur régime alimentaire soit équilibré et contienne tous les éléments nutritifs essentiels dont ils ont besoin. Toutefois, beaucoup de chiens aiment bien un régime alimentaire varié, bien qu'ils puissent tout d'abord refuser les aliments auxquels ils ne sont pas habitués: ceux-ci pouvant d'autre part leur provoquer un accès de diarrhée. Le mieux est de leur donner les différents aliments d'une même marque.

La plupart des chiens se satisfont de manger une seule fois par jour, mais ils savent très bien s'adapter au régime imposé par leur maître. Bien que dans la nature ce soit courant que plusieurs jours s'écoulent entre chaque repas, la plupart des chiens préfèrent recevoir leur ration journalière en plusieurs fois. Quel que soit le régime que vous adoptiez, vous pourrez éviter tout problème si vous donnez à manger à votre chien l'équivalent de sa consommation totale d'énergie et, naturellement, si son régime alimentaire est équilibré et nutritionnellement complet.

La plupart des chiens auront tendance à se suralimenter si vous leur laissez un accès illimité à la nourriture, bien qu'il y ait des différences considérables entre les différentes races et entre chaque individu d'une race. Cela peut être rapproché de leur tendance naturelle à se bourrer de nourriture lorsqu'ils sont à l'état sauvage, du fait qu'ils doivent souvent attendre plusieurs jours entre une proie et l'autre. Les chiens ont une attitude exclusive vis-à-vis de leur nourriture qui peut aller jusqu'à se bagarrer avec un chien dominant s'il les dérange lorsqu'ils mangent. A la maison, votre chien doit être dressé depuis son plus jeune âge à vous remettre sa nourriture si vous le lui demandez. Toutefois, il faut apprendre aux enfants à ne pas s'approcher d'un chien qui mange ou qui ronge un os.


Le comportement sexuel

A l'instar de tous les autres animaux, les chiens ont un instinct naturel à se reproduire et à sauvegarder leur espèce. Toutefois, la femelle ne s'accouplera qu'à des époques précises, habituellement deux fois par an, lorsqu'elle sait qu'elle est en chaleur ou que c'est la saison du rut. D'un autre côté, les chiens mâles adultes peuvent s'accoupler à n'importe quel moment de l'année et, s'ils ont la possibilité de s'échapper, peuvent parcourir de longues distances afin de repérer une femelle en chaleur. Habituellement, la femelle est en chaleur pendant trois semaines et son attrait devient de plus en plus irrésistible pour les mâles au cours de cette période. A cette époque, son comportement peut changer et elle peut devenir infatigable et plus excitable, mais, normalement, cela ne se produit qu'à partir de sa deuxième semaine de rut, lorsque la femelle va permettre au mâle de s'accoupler avec elle. Toutefois, les femelles diffèrent bien l'une de l'autre et, parfois, un mâle peut s'accoupler avec une femelle dès le premier jour de sa période de rut ou même le dernier jour. Dès lors, assurez-vous de bien mettre à l'abri des mâles votre chienne lors de la période des amours.

Certaines chiennes montreront des signes de grossesse un ou deux mois après la saison des amours, même si elles ne sont pas enceintes ou ne se sont même pas accouplées. Ce syndrome est appelé fausse grossesse. Les chiennes qui en sont touchées peuvent produire du lait et avoir d'autres signes typiques du comportement maternel, tels que préparer la niche pour les chiots ou des jouets ou d'autres objets. Dans ce cas, prenez l'avis de votre vétérinaire. Certains aspects du comportement reproductif des chiens peuvent être dérangeants pour leurs maîtres. Dans ce cas, si vous ne voulez pas que votre chienne vous fasse des chiots, il vaut mieux que vous envisagiez de la faire stériliser ou d'adopter un autre système anticonceptionnel. Votre vétérinaire peut vous renseigner sur les différentes options existantes.
 


Juillet 2017
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
<< >>


LA UNE DU JOUR
Les chiens ont vraiment des âmes de 'consolateurs [22/06/2012]
National Geographic : un hors-série exceptionnel s [22/06/2012]
L'oiseaux et la propagation de la maladie de Lyme [21/01/2010]
7 pc des chiens ne sont pas enregistrés [04/05/2009]
La ceinture de sécurité aussi pour vos chiens [13/09/2008]
RECHERCHE
Recherchez un article dans nos archives,

le thème.

LES DERNIERS SITES

Elevage du Bosquet Mignon
Mons Drago Canis
Blog sur les chiens
Elevage du Domaine du Vevî
Quinta Des Romarins


LETTRE D'INFORMATION
Recevez par Email les titres de Canina.be

SONDAGE
Impossible de se connecter à la base de données